IL RADOTE !

« IL RADOTE » …  Je suis certain qu’après la lecture de ce billet, des esprits chagrins se feront un plaisir d’écrire cette remarque en commentaires, pensant que le fléau Alzheimer m’aura subitement frappé, car je vais revenir sur le sujet de mon billet n°2 .


Nous sommes en effet allés à Montpellier samedi dernier revoir le Spectacle qui m’avait ébloui lors des avant-premières à Marseille avant la consécration parisienne…

Entre ces 2 soirées, toute l’équipe de STARMANIA a donné des dizaines de représentations à guichets fermés à Paris et en Province.


Je ne peux comparer mes deux émotions, car lors ma découverte le 15 Octobre dernier, j’avais pris une série de coups de poing devant LE CHEF D’ŒUVRE absolu ! J’avais vécu un K.O de 2h, fasciné par la perfection de la mise en scène, des éclairages, des voix, des costumes, des décors, des chorégraphies, de l’énergie positive de la Troupe et du rythme effréné des tableaux qui s’enchainaient …


Ce spectacle est tellement dense que pour profiter des milliers d’idées qui sont sorties des cerveaux des responsables artistiques, il est indispensable de le voir plusieurs fois… j’ai découvert des aspects, des détails qui n’avaient pas pu retenir mon attention lors de la première vision tant le contenu est riche et le rythme soutenu…


Lorsque j’avais vu la création au Palais des Congrès de Paris de la 1° version le 10 Avril 1979, je n’aurais jamais pu imaginer que cette histoire serait quelque 43 ans plus tard en dessous de la réalité …

Ce qui nous paraissait être de la fantasmagorie à l’époque est devenue notre quotidien : les bandes armées venues de banlieue, l’omniprésence et la dangerosité de la télévision en continu, la tentation de voter pour un populiste égocentré, la force du paraitre, la recherche effrénée de la célébrité, la difficulté pour certain(e)s de définir son genre et sa sexualité … Tout ce qui fait la Une de nos quotidiens était décrit dès l’oeuvre originale et sont la colonne vertébrale de cette œuvre prémonitoire…


Les 2 distributions,à 42 ans d’intervalle, dans la lignée des 2 créateurs ( Michel Berger & Luc Plamandon ) sont un heureux mélange de Français et de Québécois, mais autant en 1979, les artistes étaient déjà connus par leur carrière individuelle, naissante pour certains, confirmée pour d’autres ( Daniel Balavoine – France Gall – Diane Dufresne – Claude Dubois – Eric Estève – René Joly – Fabienne Thibeault – Nanette Workman ) autant  la nouvelle version n’est interprétée que par des inconnus… qui ne le resteront pas longtemps…


Je ne critiquerai pas les mises en scène des versions passées signées par Tom O’Horgan puis par Lewis Furey , tant il est difficile de comparer le travail présenté à des époques si différentes, mais je peux affirmer que lorsque j’étais sorti des représentations en 1979 et en 1993, j’avais apprécié les chansons, les interprètes ( surtout en 1979 ), l’histoire, mais que j’avais vite oublié l’aspect visuel et pas ou peu remarqué les mises en scène…


Là, on sort abasourdi pour tant de talents ( voir plus haut ) et je défie toute personne de bonne foi de me dire dans quel ordre d’appréciation il classe les différents ingrédients qui font de cette Comédie Musicale un CHEF D’ŒUVRE !

Je sais que derrière cette réussite phénoménale et jamais vue à ce jour, il y a la réunion de plusieurs envies :


Celle de Raphaël Hamburger, le fils de France & Michel, qui n’était pas né lors de la 1° création scénique et qui a su donner une ligne directrice et réinventer l’histoire… Il est d’ailleurs omniprésent pour s’assurer que les exigences de départ sont bien respectées à chaque représentation.


Celle de Thierry Suc, le plus grand producteur français, qui à l’inverse de ce qu’aurait fait tous ses confrères, a tenu à maintenir la plus haute exigence artistique malgré les difficultés rencontrées ( retard dû à la Covid entre autres, augmentation des coûts due à l’inflation galopante des matières premières etc… )


Celle de Thomas Jolly, metteur en scène de génie et de modernité entouré de toute une équipe talentueuse et en osmose artistique avec le Maître …

C’est d’ailleurs lui qui a été choisi pour mettre en scène la Cérémonie d’Ouverture des Jeux Olympiques de Paris qui va être vu par plus d’un milliard de téléspectateurs dans le Monde 


Celle de Marc Ladreit de Lacharrière, le grand homme d’affaires à la base de l’existence de Fimalac et de son Directeur du Directoire Aurélien Binder, qui ont décidé de continuer cette aventure que les oiseaux de mauvais augure, toujours prompts à crier avec les loups, prédisaient comme une catastrophe industrielle…


Le cataclysme financier annoncé va se révéler au fil du temps être une belle affaire largement rentable, puisque devant le triomphe des premiers mois, les salles combles et la demande toujours plus forte du public désireux de découvrir LE Spectacle dont tout le monde parle, ou de pouvoir le revoir, obligent la production à revenir dans les mêmes villes en 2023 et 2024 où la troupe jouera 5 ou 10 soirs là où les autres spectacles donnent 1 représentation… Sans parler de la tournée mondiale inévitable d’ouest en est et du nord au sud une fois les adaptations finalisées.


C’est dire l’engouement suscité par cet OVNI !


J’ai le sentiments que durant les dernières décennies, les chansons qui étaient devenues individuellement des  » tubes  » avaient pris le pas sur l’ensemble de l’oeuvre… Avec la conception de la version 2022, l’église a été remise au centre du village et l’oeuvre est redevenue une institution..


Cette saison, les Comédies musicales ont vécu des trajectoires inégales : triomphe d’un côté, bide notoire de l’autre ( Al Capone ) et je n’ai qu’un conseil à vous donner cher lecteur  : si vous allez découvrir les Comédies musicales qui s’annoncent ( reprise de Notre Dame de Paris – des 10 Commandements  – création de Molière –  de La Haine …) surtout n’allez pas voir Starmania avant, ou si c’est trop tard, oubliez Starmania pour vous donner une chance d’apprécier les autres … car je ne vois pas comment, sans mettre en doute les qualités des auteurs, compositeurs, producteurs et Artistes des spectacles annoncés, ils pourraient rivaliser avec STARMANIA !


La barre a été mise trop haute !


Ce serait comme comparer le caviar avec les œufs de lump …

11 Comments
  • philippe ripert

    mai 5, 2023 at 5:44 Répondre

    en résumé, tu as été ébloui la première fois et tout autant la deuxième avec une analyse encore plus détaillée.

    • Claude Wild

      mai 9, 2023 at 7:56 Répondre

      C’est cela et je compte bien y aller une 3° fois quand le spectacle repassera à Marseille en 2024…

  • le dresseur

    mai 5, 2023 at 7:21 Répondre

    Oh la la, je sais pas si c’est la Terre qui tourne à l’envers ou si c’est moi qui me fait du cinéma, mais tu radotes!
    Et puis tu oublies de parler de la comédie musicale sur la vie de Gilbert Bécaud avec Hanouna dans le rôle principal (je t’ai pris deux billets avec accès loges).

    • Claude Wild

      mai 9, 2023 at 7:55 Répondre

      Je vois que tu as une réelle connaissance de l’oeuvre et que tu prends plaisir à l’étaler …

  • Dupont Moreau

    mai 5, 2023 at 11:34 Répondre

    Tout à fait d’accord. Époustouflant.
    Un merveilleux souvenir.

  • CAMUS Jean Claude

    mai 5, 2023 at 1:04 Répondre

    J’ai revu 3 fois Starmania , après l’´avoir vu à Paris , j’en suis sortit complètement bouleversé . Un vrai chef d’œuvre ! Tu as raison Claude

  • tolleron

    mai 5, 2023 at 6:32 Répondre

    What else dear Wild ?;)

  • MAZE

    mai 5, 2023 at 7:24 Répondre

    Merci pour le résumé exhaustif ! …j’irai voir si ils ravitaillent les P.O.
    Une belle trajectoire pour une belle idée 🎶 musicale !

    • Claude Wild

      mai 9, 2023 at 7:48 Répondre

      Je peux te dire que si ce Spectacle ne passe pas par Perpignan, cela vaut la peine que tu ailles sur Toulouse ou Narbonne … Tu ne regretteras pas d’avoir fait ces kilomètres…

  • Gaucher Michel

    mai 6, 2023 at 6:52 Répondre

    Bonjour Claude ,
    Tu ne parles pas de la deuxième version mise en scène par Michel Berger avec un casting incroyable dont Mauranne qui m’a donné des frissons tous les soirs pendant quatre mois au Theatre de Paris .
    Il est évident que les chansons sont intemporelles maintenant .
    Quel talent !!

    • Claude Wild

      mai 9, 2023 at 7:46 Répondre

      Non cher Michel, je n’en parle pas car je compare les versions que j’ai vues, or je n’ai pas eu le plaisir de découvrir celle à laquelle tu as participé, même si j’ai conscience que Maurane était exceptionnelle et que sa performance était sans doute exceptionnelle et a beaucoup apporté à graver cette oeuvre dans la mémoire collective.

Ajouter un commentaire