La Bêtise (26)

Ce vendredi, vous auriez dû avoir une feuille blanche …

En effet, mes activités professionnelles et personnelles ne m’ont pas laissé de temps pour  griffonner dix mots d’une banalité confondante afin de satisfaire mes quelques lecteurs …

Et les semaines qui s’annoncent me donnent à penser qu’il en sera de même car ce que j’ai pondu depuis le 20 Février est déjà peu intéressant en y consacrant un peu de temps, aussi imaginez ce qu’il en serait si je devais coucher des mots sur une feuille à la va-vite…ce que je suis en train de réaliser … sous la contrainte que je m’inflige en raison de la promesse que je vous ai faite …

« Je préfère ne pas faire que faire mal ! »

Cette phrase est le résumé de ma vie … elle explique que finalement, en regardant dans le rétroviseur, je ne vois pas grand-chose d’intéressant …

Je vais donc me contenter de vous résumer un diner de ce début de semaine, durant lequel, après avoir perdu son temps à pérorer sur le climat qui devient fou, la déception engendrée par l’immobilisme de nos gouvernants, la rougeole de la petite dernière, les grèves intempestives labelisées « France », un « philosophe de mes deux » dit d’un ton professoral, alors que personne ne lui avait rien demandé :

« Eh bien moi, si c’était à refaire, je ne changerais RIEN ! »

Je n’ai jamais entendu une bêtise pareille …

Quelle prétention ! quelle suffisance ! quelle connerie ! ainsi donc, durant plusieurs décennies, tout ce qu’il a fait, a représenté le bon choix et la perfection…

S’il ne s’est jamais trompé, expliquez-moi pourquoi :

– S’est il inscrit sur un site de rencontres pour tromper allégrement ta femme ?

– Ses enfants sont ils en guerre ouverte avec lui et dès qu’il donne son avis, lèvent ils les yeux au ciel, la honte aux joues devant les inepties paternelle ?

– Se plaint il de son Patron, de ses collègues ?

Et j’en passe … car rien ne trouve grâce à ses yeux et ses analyses, d’une bêtise non assumée, sont au contraire le reflet d’un mal être et d’une perpétuelle insatisfaction…

Mais voilà ! Monsieur ne changerait rien …

Eh bien moi, si j’avais le choix, je changerais (presque) tout …

« Quand je me regarde je me désole, quand je me compare je me console »

Cette expression québécoise résume mon sentiment …c’est dire …

Ce ressenti qui doit être partagé par nombres de mes ami(e)s, fera sans doute l’objet d’un développement dans un de mes prochains billets …

Enfin, pour faire écho à mon billet n° 21 (Le Foot pour les nuls) un petit mot sur cet imbécile d’Adrien Rabiot, vous savez le génie de la balle ronde de 23 ans ! managé par sa maman (l’amour fusionnel est décidemment mauvaise conseillère …)

Môssieu n’a pas supporté de n’être QUE remplaçant ! il est vrai qu’à 23 ans il n’a pas de temps à perdre … la fin de carrière approche …

Mais petit bonhomme, sache qu’on ne peut faire carrière sans un minimum d’intelligence, que le talent « balle au pied » ne suffit pas …

Regarde tes rares ainés qui ont laissé une trace, ils étaient tous surdoués ET intelligents …

Tu vas rejoindre les Anelka et consorts dont on dira plus tard « c’est incroyable qu’avec le talent qu’il avait, il n’ait pas fait une plus belle carrière… »

Et toi tu diras, car bête tu es et bête tu resteras :

« Eh bien moi, si c’était à refaire, je ne changerais RIEN ! »

Bon w-e à toutes et tous

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.